Bande dessinée 0

Mikl Mayer – Interview #2

MIKL MAYER

En dédicace à Paris le 17 février 2017
pour son nouvel album

« MES PAPAS avant MOI »

Edité par GARÇON ÉDITION

 

17349152_1426748457375803_1143746442_o

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : Bonjour Mikl l’équipe de catalin’arts est ravie de te retrouver à Paris et c’est tout naturellement que nous avons préparé quelques questions indiscrètes… pas toutes rassure-toi… (rires)

Catalin’arts : Tu collabores désormais avec Garçon Magazine, ton nouvel éditeur, qu’est-ce qui a changé pour toi ?

Mikl : Tout d’abord j’ai apprécié d’avoir une totale liberté dans mon rythme travail. Je peux publier quand je veux. J’ai également pu collaborer sur la maquette et réaliser un album à mon image gardant une liberté artistique dont je suis extrêmement satisfait.

 

 

17361317_1430772346973414_727312561_n

Copyright : Mikl Mayer

 

17391809_1430772343640081_2010037362_n

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : Vendredi dernier tu étais à Paris en dédicace à la Librairie « Les mots à la Bouche » pour ton album « Mes papas avant Moi ». Comment t’es venue cette idée d’un retour en arrière… dans le passé de tes personnages, aux origines si j’ose dire… Tu nous en dis quelques mots ?

Mikl : Dans le précédent album un passage parlait de la rencontre entre les deux papas et j’ai tout de suite compris que les lecteurs espéraient en savoir plus… Alors l’idée d’un autre album m’est venue, d’autant que je n’ai pas encore retrouvé les droits de mon précédent album puisque j’ai changé d’éditeur récemment. Comme je voulais continuer l’aventure de « Mes Papas », c’est tout naturellement que j’ai créé« Mes papas avant moi ».

 

Catalin’arts : Beaucoup d’invités ont réservé leur soirée pour être là. Garçon Magazine a géré avec aisance et professionnalisme l’événement, et la Librairie « Les mots à la bouche » t’a accueilli dans son univers. Tu étais au cœur de cette belle soirée, « la vedette » comme on dit. Je suppose que plein d’émotions t’ont envahi… comment l’as-tu vécu ?

Mikl : C’est toujours impressionnant de voir des gens qui se déplacent pour notre travail, surtout que c’est la première fois que je suis en dédicace à Paris. Certains sont même venus de province, de Dijon notamment… d’horizons différents, pour me voir. Cela fait extrêmement plaisir.

 

Catalin’arts : Ta BD est la première en France à aborder le thème d’une famille homoparentale et le succès est au rendez-vous. A quand un livre tiré de ta BD, un film pourquoi pas ! Sérieusement, tu y as songé, est-ce un de tes projets ?

Mikl : J’aimerais beaucoup. Certains de mes fans sont dans la production d’animations pour des séries TV donc pourquoi pas ! On verra ce que l’avenir nous réserve mais c’est une idée qui me plairait beaucoup.

17269928_1425723117478337_49699214_o

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : Une adaptation sous forme de livre ou de film pourrait donc se faire ?

Mikl : Oui c’est envisageable et tentant.

 

Catalin’arts : Une de tes sources d’inspiration, Arielle Dombasle a accepté de faire partie de l’aventure et ton adaptation de son personnage dans la BD. Elle a déclaré avoir tout de suite été séduite par la sensibilité de ton trait et de tes histoires. Elle a aussi confié qu’elle trouvait un « petit côté Hergé chez toi », sacré compliment ! Que penses-tu de cette comparaison dont tu ne t’es jamais vanté… c’est motivant non ?

Mikl : C’est très motivant et en même temps intimidant. Je crois que c’est le meilleur compliment que l’on pouvait me faire parce que je suis un grand fan d’Hergé et de son travail. C’est pour moi un des plus grands dessinateurs de bande dessinée qui soit. Je ne m’en vante pas en effet car je suis assez réservé… je le fais pour plaisanter parfois (rires).

Cela m’a touché et énormément marqué.

17273848_1425714810812501_1240308919_o

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : C’est la première fois que tu viens en dédicace à Paris, mais tu nous rends souvent visite dans notre belle capitale. Tu prends toujours un train de nuit et débarques à l’aube à l’heure où Paris s’éveille. Tu arrives à dormir comme un bébé pendant le trajet ou au contraire tu lis, tu dessines, tu es inspiré, tu as des angoisses…

Mikl : En général je dors très bien dans le train parce que j’ai des journées bien remplies. Il arrive aussi que le sommeil ne vienne pas rapidement et les idées me traversent alors l’esprit… je refais un peu le point. En ce moment, pour tout dire, je pense beaucoup à mon amoureux (rires).

 

Catalin’arts : Toujours à propos d’inspiration, le cinéma est-il une source d’inspiration pour toi ?

Mikl : Bien sûr ! Je suis un passionné de cinéma. Tout est source d’inspiration pour moi-un petit détail, une anecdote. Il faut ensuite arriver à le développer dans le scénario.

17269283_1425722950811687_126855189_o

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : Tu trouves le temps de dialoguer avec tes fans sur les réseaux sociaux et de réagir à leurs commentaires. C’est important pour toi cet échange, tiens-tu compte de leurs suggestions ?

Mikl : Je ne gère pas tout seul les réseaux et suis aidé en cela lorsque je suis absent et que je ne peux pas interagir. Mais je tiens à répondre moi-même aux suggestions. C’est très important de garder le contact avec les fans, de savoir ce qu’ils pensent et de répondre au mieux à leurs attentes.

 

Catalin’arts : Comment as-tu trouvé ton style ? Il est souvent difficile de se trouver. A force de regarder d’autres artistes est-ce qu’on a du mal à trouver son propre style ?

Mikl : Pas forcément. Ce qui a été compliqué pour « Mes papas et moi » c’est que je voulais un style un peu différent de ce que j’avais fait avant. Comme dans chaque série que je crée j’essaie de trouver le meilleur moyen de m’adapter d’abord au scénario et ensuite bien sûr à obtenir un graphique plaisant.

 

Catalin’arts : Que penses-tu du fait de s’inspirer, voire de copier d’autres artistes, bien sûr tant que c’est pour s’entraîner, pour progresser, pour s’améliorer ? Tout le monde copie tout le monde même les plus grands artistes ont copié un jour.

Mikl : A mes débuts j’ai commencé par copier les Walt Disney je ne vais pas m’amuser à critiquer ceux qui copient (rires). C’est utile, cela permet d’apprendre, d’utiliser et d’essayer d’autres méthodes, de faire évoluer son style graphique. C’est certainement positif de copier mais lorsque l’on crée son œuvre il faut revenir à sa propre identité.

 

Catalin’arts : Penses-tu toujours travailler seul au scénario, dessin, couleur… être au four et au moulin… ou envisagerais-tu une collaboration, éventuellement sur un autre projet ?

Mikl : Je suis ravi que tu me poses cette question car depuis peu je suis sur un projet d’album sur la vie d’Arthur Rimbaud dont j’écrirai le scénario et c’est un autre dessinateur qui s’occupera du graphisme. Il s’agit de Javier Navarro.

16931078_1407623585954957_1451991054_o

Copyright : Javier Navarro et Mikl Mayer

Catalin’arts : Je suis ravie de te l’avoir posée et je te remercie pour ce scoop !

Catalin’arts : As du crayon et de la souris, sens du récit, patience et opiniâtreté sont des qualités indispensables que tu possèdes, mais quelles sont les techniques artistiques que tu souhaiterais développer ?

Mikl : J’aimerais apprendre à travailler sur la 3D. Ce serait intéressant d’adapter une BD en 3D. Sinon je ne me pose pas trop la question. J’essaie de m’améliorer dans tout ce que je fais, c’est une façon de développer mes techniques et j’ai encore du travail !

 

Catalin’arts : As-tu des « bêtes noires » en dessin, t’arrive-t-il de gommer, recommencer, déchirer des pages jusqu’à obtenir le résultat final attendu ?

Mikl : Oui, la pire pour moi, dessiner une voiture ! C’est une de mes bêtes noires ! J’ai horreur de dessiner les voitures, je mets du temps, je recommence plusieurs fois… Certains plans sont aussi plus difficiles que d’autres et m’amènent à user ma gomme. J’insiste et je réussis finalement à obtenir un résultat qui me convient.

 

Catalin’arts : Sur quoi as-tu envie de te focaliser en 2017 ? D’autres projets, ou événements à prévoir en dehors de l’album sur la vie d’Arthur Rimbaud ?

Mikl : Le prochain album de « Mes papas avant moi » qui clôturera la série et qui sortira à la rentrée je pense. Une nouvelle séance de dédicace à Paris j’espère, mais ce qui me plairait ce serait de tourner un peu partout en France, d’aller à la rencontre de mon public qui est un peu éparpillé, même à l’étranger, mais ce serait plus difficile.

17430688_1431915910192391_2132711075_o (1)

Copyright : Mikl Mayer

 

Catalin’arts : Pour l’instant c’est un peu compliqué mais cela viendra l’étranger !

Catalin’arts : Kévin Elarbi était présent à ta soirée de dédicace et nous avons eu le plaisir à cette occasion de faire nous-mêmes sa connaissance. Il fera partie de l’aventure du prochain album. Comment est née cette collaboration ?

Mikl : J’ai découvert Kévin dans la série Clem sur TF1. Je me suis intéressé à son parcours et lorsque j’ai appris qu’il était Ambassadeur de l’Association Le Refuge, j’ai tout de suite pensé que je devais le rencontrer. Nous nous sommes très bien entendus et l’envie de travailler avec lui sur l’album est venue rapidement. Il était très enthousiaste et je suis ravi qu’il fasse partie de l’aventure. Lucie Lucas a également accepté de participer au Tome 2 de « Mes Papas & Moi ». J’en suis ravi… je suis comblé !

17269331_1425722954145020_1315377454_o

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : Une petite question indiscrète pour nos lecteurs qui aiment bien tout savoir…. Tu nous as confié que tu étais amoureux. Tu es heureux et c’est un des sujets que nous abordons avec nos interlocuteurs, le bonheur. Mais rassure-toi je ne vais pas te demander de dévoiler ton intimité ma question est plus générale. Quel est selon toi l’endroit le plus insolite ou romantique pour déclarer son amour ?

Mikl : Je vais te faire une confidence… j’ai un rêve… celui d’une demande en mariage à Disneyland ! Fan inconditionnel de Disney, tout serait réuni, la personne que j’aime et l’univers qui m’a bercé, qui m’a inspiré. On verra… je te préviendrai si cela se réalise (rires).

 

Catalin’arts : As-tu un mot que tu utilises tout le temps, si oui lequel et aimerais-tu t’en débarrasser ?

J’ai une expression qui ne me quitte plus depuis que j’ai rencontré mon amoureux car il l’utilise souvent et je n’ai pas du tout envie de m’en débarrasser… c’est « j’aime beaucoup ». Dès que quelque chose me plaît j’ai tendance à le dire. Tout est prétexte à « j’aime beaucoup » « j’aime beaucoup »…

 

Catalin’arts : « J’aime beaucoup » joli titre pour une nouvelle BD Mikl !

Mikl : Oui pourquoi pas ! (rires)

 

Catalin’arts : Nous ne parlons jamais politique et ce n’est pas le sens de la question qui va suivre. Elle est liée à l’actualité et te concerne en tant qu’artiste. Le Brexit, l’élection de Donald Trump etc. ont fait réagir et inspiré de nombreux artistes. Des musiciens ou groupes comme Gruff Rhys ou Franz Ferdinand ont composé des morceaux plus politiques (I Love EU / Demagogue). Les paroles, les dessins, les mots… mettent souvent l’accent sur les injustices, sur les dérives. On se souvient des Sex Pistols avec « No futur for you »… ou encore les Bérurier Noir groupe punk des années 80, dénonçant l’état du monde, l’égoïsme des hommes, et militant en musique pour un monde plus noble, plus libre, d’où seraient éradiqués racisme, sexisme, pollution, guerres, etc.

A ta façon tu as aussi bravé le qu’en dira-t-on et pris des risques en abordant le sujet de l’homosexualité.

J’en viens à ma question, l’artiste, l’écrivain, le dessinateur, le musicien … peuvent-ils changer le monde, en tout cas nous ouvrir les yeux et nous faire réfléchir et penses-tu que c’est leur rôle ?

Mikl : Je pense qu’il est important d’envoyer des messages dans ses œuvres, que cela leur donne plus de sens, plus d’impact. J’ai cependant pour mot d’ordre de ne jamais parler de politique dans mes bandes dessinées car cela doit rester personnel.

Il est vrai qu’avec « Mes papas et moi » j’ai donné mon point de vue après la Manif pour tous. Souvent on dit que je suis un « porte-drapeau » mais à mon niveau je ne crois pas. Je suis seulement un artiste qui parle de ce qui est important pour lui, rien de plus. Dans ma BD j’aborde aussi les thèmes du suicide, de l’avortement et bien d’autres… c’est mon dada les sujets de société !

 

17274000_1425722957478353_1732518190_o

Copyright : Mikl Mayer

Catalin’arts : La question que tu aurais voulu que je te pose ? Sinon, je te laisse le mot de la fin….

Mikl : (silence… sourire…) Je choisis le mot de la fin. Comme je te l’ai confié, je suis comblé en ce moment. J’ai trouvé une maison d’édition avec qui j’aime beaucoup travailler. J’ai beaucoup de chance. Christophe Soret, Directeur Général de « Garçon Magazine » m’aide beaucoup, me soutient énormément. J’ai trouvé l’amour, j’aimerais dire à mon amoureux que je l’aime énormément. Et enfin je suis très fier d’avoir Catalin’arts pour me soutenir et m’épauler tous les jours. Merci à tous d’être là pour moi.

 

Catalin’arts : Merci à toi Mikl d’avoir répondu à nos questions, Tes fans vont être ravis d’avoir de tes nouvelles… on va faire cela plus régulièrement.

Mikl : Oui mais Catalin’arts est très demandée ! (rires) Chaque fois que je viens à Paris c’est toujours un plaisir de te revoir.

 

 

Retrouvez Mikl Mayer :

Site Officiel

Facebook

Twitter

Mes papas et moi, ainsi que Mes papas avant moi en lecture sur Yagg ; reprise par Garçon Magazine

Javier Navarro :

Facebook

Librairie Les Mots à la Bouche

Site Officiel

Facebook

Le Refuge :

Site Officiel

Contact ligne d’écoute

La ligne d’écoute du Refuge :

La ligne d’écoute du Refuge est joignable par appel ou par SMS 24 h / 24 et 7 j / 7 sans interruption.
Elle permet d’établir un premier contact avec les jeunes LGBT victimes d’homophobie familiale ou de mal-être dû à leur orientation sexuelle.

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire