Peinture 0

Silvère Jarrosson – Cryptique


C’est avec plaisir que nous avons retrouvé Silvère Jarrosson quelques mois après notre première interview. Il s’est confié à nous sur ses dernières expositions à Paris et New York, sur ses futurs projets, sa dernière série de toiles Cryptique. Enfin, nous vous invitons à découvrir sa première vidéo Still Life, un réel bijou abstrait et onirique.

 

Still Life

Réalisation Film – Montage : Julien Diris
Réalisation – Peinture : Silvère Jarrosson
Musique originale : David Block
Photographie : François Jorez
Retouche : José Alves

 

Comment s’est déroulée ton exposition à la Life Gallery à New York ainsi qu’à la Galerie Hors-Champs à Paris ? Y as-tu fait de belles rencontres ?

 

Les deux expositions, qui avaient lieu pratiquement au même moment cet été se sont très bien déroulées, bien que totalement différentes.

J’ai une grande affinité avec les deux galeristes parisiens de la Galerie Hors-Champs que je connais depuis longtemps. J’étais très impressionné, dans le bon sens, par le travail accompli pour construire une exposition collective qui ait un sens. Il y a malheureusement souvent des galeristes qui, lorsqu’ils construisent leurs expositions, associent des artistes plus par intérêt économique, parce qu’ils pensent que cela va améliorer leur cote ou parce que ça les arrange de mettre plusieurs artistes au même moment dans leur calendrier, sans qu’il y ait vraiment de sens. Au contraire, le directeur artistique de la Galerie Hors-Champs avait choisi les artistes pour donner un sens à l’exposition, et donc les œuvres se répondaient entre elles, ce que je trouvais vraiment bien.

J’ai eu de bons échos, il y avait du monde au vernissage et toutes les toiles se sont vendues. Tout s’est très bien passé.

A New York, effectivement c’était un petit peu différent, parce que j’ai débarqué dans une ville où je ne connaissais absolument personne, je n’avais, par exemple, rencontré le galeriste qu’une seule fois, quelques mois auparavant à Paris. On a fait plus ample connaissance lors de mon déplacement à New York. La Galerie est peut-être plus « américaine », c’est-à-dire plus orientée vers la com et vers le business, ce qui n’est pas mauvais pour autant. Il m’a proposé une exposition solo, ce qui est une grande opportunité. Je le remercie énormément pour ça.

Il y a ce côté américain que l’on n’a pas à Paris : prendre des risques et miser ; ils croient au coup de poker, c’est une idée très américaine. Donc clairement, bien que ce galeriste soit français, il a quelque chose que je trouve très américain qui m’a beaucoup amusé : sans même m’avoir rencontré, en ayant simplement vu mes œuvres sur photo il m’a envoyé un email m’exprimant son envie de travailler avec moi et de faire cette exposition en solo, c’était son coup de poker ! C’était très surprenant et absolument génial, évidemment j’étais ravi… La Galerie est grandiose, dans un beau quartier de New York, ils ont employé les grands moyens dans leur communication, c’était absolument bondé !

Il y avait des sponsors, chose rare dans les galeries parisiennes, toutes les boissons étaient sponsorisées, c’était une expérience à part, tout s’est très bien passé également.

 

Copyright : Silvère Jarrosson

Copyright : Silvère Jarrosson

 

Où souhaiterais-tu exposer prochainement ? Des pays ou des villes en particulier qui t’attirent ?

 

La première ville où j’aimerais exposer c’est Venise. Il est d’ailleurs prévu que j’y fasse une exposition en février 2016. J’en suis absolument ravi car pour moi c’est la ville dans laquelle exposer, la ville où les arts peuvent vivre…

Il y a aussi les villes dans lesquelles j’espère pouvoir exposer par intérêt artistique car ce sont des villes d’art, où il y a des galeries, où on peut se faire connaître etc. A ce titre, j’espère rester à New York et faire d’autres expositions là-bas, ainsi qu’à Londres et Bruxelles, qui sont, paraît-il, même si je ne les connais pas très bien, des villes où l’art bouillonne. J’espère pouvoir y mettre les pieds très prochainement.

 

Copyright : Silvère Jarrosson

Copyright : Silvère Jarrosson

 

En peinture, il est souvent question de renouveau, de périodes, dans tes dernières séries de toiles, et en particulier Cryptique, tu sembles privilégier une palette limitée, des couleurs plus sombres, est-ce un choix délibéré ? En quoi ta démarche est-elle différente?

 

J’ai beaucoup changé depuis six mois, et parfois même je me demande : peut-être un peu trop ? Je pense que ce que je fais aujourd’hui est toujours intéressant, fondamentalement c’est toujours le même travail, mais c’est beaucoup plus graphique. Mes dernières toiles sont peintes en noir et blanc, ou noir et blanc plus une couleur, ce qui n’était pas prémédité. Je ne me suis pas dit « c’est fini la couleur ! » ce n’est pas ça du tout : je suis en fait sur une approche plus fondamentale, où au lieu de faire du « joli », de la « déco » avec des couleurs vives, je vais au cœur de mon sujet à savoir comment les couleurs se mélangent et finalement ne prendre plus que deux couleurs, le noir et le blanc, ça permet d’aller au cœur des choses. Auparavant, même si mes mélanges étaient plus ou moins ratés, c’étaient de belles couleurs et donc cela restait esthétique. C’est en cela que je pense avoir une approche plus graphique, voire binaire, avec le noir et le blanc, les pigments, on peut voir tous les mélanges dans les dégradés de gris, tandis qu’avec trop de couleurs, cela crée un fouillis artistique. J’ai beaucoup changé.

 

Copyright : Silvère Jarrosson

Copyright : Silvère Jarrosson

 

 Tu es l’heureux acquéreur d’une sérigraphie d’Olivier Debré, qu’est-ce qui te plaît en peinture ? Es-tu généralement attiré par des genres similaires au tien ?

 

Effectivement si j’ai voulu acquérir cette épreuve d’Olivier Debré c’est parce que c’est le grand peintre français de l’abstraction lyrique, un courant dans lequel je me reconnais, au moins indirectement, et qui me plait énormément. Chu Teh-Chun, Zao Wou-ki et Olivier Debré sont des artistes que j’adore, que je connais par cœur. J’avais déjà vu l’épreuve que j’ai achetée, j’avais passé des journées à regarder les oeuvres de Debré, série par série (rires). Cela dit, même si j’ai surtout acheté cette sérigraphie parce qu’elle me plaisait, je trouve également un sens à l’avoir, à pouvoir la regarder et m’en inspirer pour mon travail. Il y a cependant plein de courants artistiques très loin du mien que j’estime énormément et que j’apprécie, comme le pop art –tout le monde aime, je ne déroge pas à la règle-. Je ne suis pas uniquement attiré par les courants auxquels je m’identifie.

 

Copyright : Silvère Jarrosson

Copyright : Silvère Jarrosson

 

Tu t’inspires de tes voyages dans tes œuvres, tel que le désert de Gobi, la forêt amazonienne, as-tu de prochaines destinations en tête ?

 

Oui bien sûr, toujours ! (rires)

En général, ce ne sont pas les idées qui manquent, j’ai toujours dix mille destinations en tête, la question c’est laquelle je vais pouvoir réaliser. Mon voyage en Mongolie était un des plus extraordinaires et surtout le plus inspirant, j’espère pouvoir retourner en Asie Centrale.

Mon principe est de ne pas aller deux fois au même endroit, même si on a envie parfois de retourner quelque part, car il est selon moi toujours plus enrichissant d’aller ailleurs, et de connaître beaucoup d’endroits un peu, plutôt que de très bien connaître un seul lieu. Je ne retournerai pas en Mongolie c’est une question de principe, mais en Asie Centrale très certainement, j’espère pouvoir partir à Samarcande l’été prochain !

 

Copyright : Silvère Jarrosson

Copyright : Silvère Jarrosson

 

Es-tu tenté par d’autres disciplines artistiques ?

 

Aussi ! J’ai d’ailleurs commencé… Je suis en train de travailler sur une première vidéo depuis un mois, qui devrait être bientôt prête. Je pense effectivement que même si ma démarche fondamentalement est dans la peinture, elle a vraiment un intérêt à s’élargir. Pas de changer radicalement ou de nouvelle discipline, mais d’élargir la réflexion que j’ai sur la peinture à d’autres médiums. Déjà, d’autres peintures : j’ai fait des essais à la peinture à l’huile, je réfléchis pour intégrer l’aquarelle… Mais également d’élargir à des installations, à des vidéos, pourquoi pas à des dessins… Pour moi qui travaille tant sur le mouvement, sur des choses qui bougent, sur l’évocation, la vidéo est une évidence. C’est passionnant, mais je me rends compte que ce n’est pas simple du tout, il va falloir réinventer plein de choses, me plonger dans des techniques cinématographiques, que j’apprenne à filmer, m’associer avec d’autres artistes…

Pour ma première vidéo, je garde la même idée : une vidéo abstraite, évocatrice, je ne vous en dis pas plus, vous verrez !

La première vidéo de Silvère Jarrosson est maintenant en ligne, nous vous invitons à la découvrir ici ou en tête d’article.

 

Copyright : Silvère Jarrosson

Copyright : Silvère Jarrosson

Quel est ton rêve ?

 

Je suis quelqu’un qui rêve beaucoup! Mon rêve le plus récurrent étant celui où je vole, je vole toutes les nuits ! (rires)

A part ça, des rêves, qui n’en a pas…

 


 

Silvère Jarrosson : Site Officiel
Galerie Hors-Champs : Site Officiel
Life Gallery : Site Officiel

Merci à Silvère pour cette deuxième rencontre enrichissante, et pour ses remerciements ainsi que la présence du logo Catalin’arts dans la vidéo Still Life. Nous avons hâte de découvrir sa prochaine série de toiles, quelle inspiration!

Propos recueillis par Victoria M et Catalina H, à Paris, le 30 octobre 2015.

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire